DIGRESSIONS

Digressions, transgressions, indiscrétions... des mots bien savants pour un "mécanicien", semble-t-il...
On m'a reproché le premier titre, "disgressions", n'y voyant qu'une faute d'orthographe, alors que ce n'était qu'un léger trait d'humour...
Eh oui, mesdames et messieurs de l'enseignement général, vous si intelligents, si érudits, un prof de mécanique auto, un mécanicien auto, sait lire, sait penser... malgré le noir sous ses ongles, malgré les écorchures de ses mains...
(le mépris des uns ne mérite que l'indifférence des autres... facile à dire, pas à vivre...)
Mais non, "je m'énerve pas, j'explique aux gens !!"
A ce sujet, reportez-vous à ma page "sujets de réflexion" pour savoir ce que je pense de notre... merveilleux monde moderne.
Et puis, ne vous inquiétez pas, il sourira mais il sera là quand même quand il faudra dépanner votre belle voiture devenue muette, ce fameux jour qui vous verra lui dire bonjour... pour une fois...
Mais la colère et sa souffrance restent...

Donc, un peu en vrac (euphémisme), des textes, des citations et des phrases que j'aime,
des phrases, des citations, des "proximes et maverbes",
Raymond Queneau, George Sand qui écrit à Alfred de Musset (récréation),
le formidable texte de l'obligatoire chanson de Manau, L'avenir est un long passé,
et le trop méconnu, ou mal connu, monoloque d'Hamlet, acte III, scène 1.

Vian, Queneau, Jarry... nous voilà embarqués tout droit vers la pataphysique,
avec un détour par M.C. Escher, maître du "dessiner est tricher" et "des mondes qui ne peuvent exister", auteur de travaux sur le ruban de Möbius, objet facinant s'il en est...
comme sont fascinants les engrenages paradoxaux et les kaléïdocycles...
Voilà bien un itinéraire é fréquenter pour les curieux, les amateurs de bizarre, ceux que la "culture" n'effraie pas.

Et voici des sujets qui m'ont un jour passionné et qui m'ont aussi "mangé" pas mal de temps...
la méthode de Descartes, la loi de Murphy et les droits de l'homme et du citoyen,
halowe'en, une très ancienne fête celtique !

l'alphabet grec, les codes html et les les liaisons, bien utiles en technologie,
le calcul de p, j, le nombre d'or, la machine d'arithmétique de Pascal (texte abu),

l'histoire de l'électricité et l'histoire d'Internet et de l'informatique,
le sténopé. pour les photographes amateurs ou les amateurs de photographie,
l'awélé, le jeu de toute l'afrique.

et puis, forcément, de la poésie

à vous de faire le tri, vous y trouverez peut-être une réponse, ou une autre question...

retour en page d'accueil


pour me contacter

Phrases
(Reiser ? Hara Kiri ?)

Parce que je gueule, ils croient que je veux me faire entendre
Parce que je les admire, ils croient que je leur lèche le cul
Parce que je fais la gueule, ils croient que je leur boude
Parce que je leur souris, ils croient que je suis pédé
Parce que je les aime, elles croient entendre parler ma bite
Parce que je les hais, ils croient entendre chialer mon moi jaloux
Parce que je dis ce que je pense, ils me croient ambitieux
Parce que je les idéalise, elles croient que je n'en veux qu'à leur cul
Parce que je ne pense qu'à leurs culs, elles me croient amoureux
Parce que je suis parfois lucide, ils me croient toujours compliqué
Parce que je les veux totalement, ils me croient exigeant et refoulé
Parce que je n'ai plus le temps, elles me croient impatient !


Citations

Une oeuvre technique ne peut être parfaite qu'en étant parfaite du point de vue esthétique. (Ettore BUGATTI)
L'homme raisonnable s'adapte au monde. Celui qui ne l'est pas persiste à tenter d'adapter le monde à lui-même !
Par conséquent, le progrès ne dépend que des hommes qui ne sont pas raisonnables. (George Bernard SHAW)

C'est dans la vertu qu'on rencontre les pires excès. (Georges Schéhadé)
La solution du bon sens est la dernière à laquelle songent les spécialistes. (Bernard Grasset)
Si la raison est un don du Ciel et que l'on puisse en dire autant de la foi, le Ciel nous a fait deux présents incompatibles et contradictoires. (Denis Diderot)
Savoir mal est pire qu'ignorer. (Jean-Jacques Casanova de Seingalt)
C'est drôle comme les gens qui se croient instruits éprouvent le besoin de faire chier le monde. (Boris Vian)
Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément. (Nicolas Boileau)

Le grand malheur international, c'est que les races et les nations ne s'abordent en général que par leurs hommes les plus violents
et les plus intéressés: des marchands, des soldats, des apôtres. (Paul Valéry, Cahiers)


"Proximes et Maverbes"
(Ziegelmeyer, Fluide Glacial 1977)

Qui ne dit mot se sent con
Il faut mettre le lâche à la rue et vendre ses oeufs
Le baigneur n'entend pas les méduses crier
Leurrés de tous pays, beurrez-vous !
Le moi est salissable
Il n'y a pas d'amour honteux
L'argent ne tue pas le voleur
Qu'importe le couvent pourvu qu'on ait l'abbesse
Vit qui dévisse, fesses qui vessent
Qui sonne l'hallali ne lit pas l'almanach
Tel fisc, telle perte
Bien rire et laisser cuire
Tête de con se fait toujours baiser
On n'est jamais si bien asservi que par soi-même
Le malheur des humbles fait le bonheur des apôtres
Oeil pour oeil, tant pour cent
La nuit tous les âges sont d'or
Qui veut entendre raison n'a qu'à se taire
Qui se sent merdeux, qu'il se torche
Qui a plusieurs cordes à son sac finira au violon
. . La férocité des uns fait la vélocité des autres
Tout vient à point à qui sait contredire
Tant va l'autre à soi qu'on ne se connaît plus soi-même
Un fou ne se noie jamais
Qui retourne casaque ménage ses effets
A trop lever le masque on parle à son bonnet
Mieux vaut dormir à poings fermés que les prendre sur la gueule
Court la dot, bourre la sotte
Qui perd pied ne peut prendre la tête
Un "viens" vaut mieux que deux "en avant !"
A beau lire qui dit "j'errais"
A beau perdre la tête qui a pris son pied
Qui sème les armes récolte les armes
Qui trouble l'ordre public éclaircit le désordre commun
Charbonnier qui aboie ne mord pas
Réflexion plurielle fait claquer les bretelles
Vécu évacué est à moitié pardonné
Imitation, limitation
Qui respire la santé peut entreprendre ouvre de longue haleine
Autres antres, autres êtres


Cent mille milliards de poèmes
de Raymond Queneau

Dix feuilles, sous la forme classique du sonnet régulier (deux quatrains suivis de deux tercets, soit quatorze vers), 1014 possibilités.

C'est plus inspiré par le livre pour enfants intitulé "Têtes de Rechange" quer par les jeux surréalistes du genre "Cadavres exquis" que j'ai conçu - et réalisé - ce petit ouvrage qui permet à tout un chacun de composer à volonté cent mille milliards de sonnets, tous réguliers, bien entendu. C'est somme toute une sorte de machine à fabriquer des poèmes, mais en nombre limité ; il est vrai que ce nombre, quoique limité, fournit de la lecture pour près de deux cents millions d'années (en lisant vingt-quatre heures sur vingt-quatre).
...
Les choses étant ainsi données, chaque vers étant placé sur un volet, il est facile de voir que le lecteur peut composer 1014 sonnets différents, soit cent mille milliards. (Pour être plus explicite pour les personnes sceptiques : à chaque premier vers [au nombre de dix] on peut faire correspondre dix seconds vers différents ; il y a donc cent combinaisons différentes des deux premiers vers ; en y joignant le troisième il y en aura mille et, pour les dix sonnets, complets, de quatorze vers, on a donc bien le résultat énoncé plus haut).
En comptant 45 secondes pour lire un sonnet et 15 secondes pour changer les volets à 8 heures par jour, 200 jours par an, on a pour plus d'un million de siècles de lecture, et en lisant toute la journée 365 jours par an, pour 190 258 751 années plus quelques plombes et broquilles (sans tenir compte des années bissextiles et autres détails).
Comme l'a bien dit Lautréamont, la poésie doit être faite par tous, non par un.

Raymond Queneau

Publié chez Gallimard, le 7 juillet 1961, réédité en septembre 2006 (ISBN 2070104672).
voir http://x42.com/active/queneau.html?p=10774187165408&l=fr&n=New+Poem

La première "page" :
Le roi de la Pampa retourne sa chemise
pour le mettre à sécher aux cornes des taureaux
le cornédbif en boîte empeste la remise
et fermentent de même et les cuirs et les peaux

Je me souviens encor de cette heure exquise
les gauchos dans la plaine agitaient leurs drapeaux
nous avions aussi froids que nus sur la banquise
lorsque pour nous distraire y plantions nos tréteaux

Du pôle à Rosario fait une belle trotte
aventures on eut qui s'y pique s'y frotte
lorsqu'on boit du maté l'on devient argentin

L'Amérique du Sud séduit les équivoques
exaltent l'espagnol les oreilles baroques
si la cloche se tait et son terlintentin


George Sand qui écrit à Alfred de Musset

Je suis très émue de vous dire que j'ai
bien compris l'autre soir que vous aviez
toujours une envie folle de me faire
danser. Je garde le souvenir de votre
baiser et je voudrais bien que ce soit
là une preuve que je puisse être aimée
par vous. je suis prête à vous montrer mon
affection toute désintéressée, sans cal-
cul, et si vous vouliez me voir ainsi
vous dévoiler sans artifice mon âme
toute nue, veuillez me faire une visite,
nous causerons en amis franchement.
. . Je vous prouverai que je suis la femme
sincère, capable de vous offrir l'affection
la plus profonde comme la plus étroite
amitié, en un mot la meilleure épouse
que vous puissiez rêver. Puisque votre
âme est libre, pensez que l'abandon où je
vis est bien long, bien dur et souvent bien
pénible. Ainsi songeant, j'ai parfois le coeur
gros, accourez donc vite et venez me le
faire oublier. A l'amour je veux me sou-
mettre.


L'avenir est un long passé

à écouter avec la musique première version, à l'impact plus fort me semble-t-il

Une pupille noire entourée de blanc.
Le visage fatigué braqué sur un lieutenant.
L'ordre sera donné dans quelques instants.
Deuxième assaut de la journée et Marcel attend.
Il a placé au bout de son fusil une baïonnette pour lutter contre une mitraillette de calibre 12.7.
Près de sa tranchée, placés à 20 ou 30 mètres, la guerre des bouchers, nous sommes en 1917.
Tant de journée qu'il est là ! A voir tomber des âmes.
Tant de journées déjà passées sur le chemin des dames.
Marcel sent que la fin a sonné.
Au fond de sa tranchée, ses mains se sont mises à trembler.
L'odeur de la mort se fait sentir, il n'y aura pas de corps à corps, il sent qu'il va bientôt mourir.
Comment un homme peut-il accepter d'aller au combat ? Et quand il sent au fond de lui qu'il ne reviendra pas.
L'homme est-il un animal ?
Comme à cette époque le mal est déjà caporal.
La main du lieutenant doucement vers le ciel s'est levée.
La suite ? l'avenir est un long passé.

Une pupille noire entourée de blanc.
Le visage ciré, son regard est terrifiant.
Placés à quelques pas de là, des allemands.
1944 Jean-Marc est un résistant.
Il a eu pour mission de faire sauter un chemin de fer.
Lui qui n'est pas homme d'action est devenu maître de guerre.
Après le cyclone qui frappa sa mère et son père d'une étoile jaune, idée venue droit de l'enfer.
Tant d'années passées à prendre la fuite.
Tant de journées consacrées à lutter contre l'antisémite.
Jean-Marc sait qu'il n'a plus de recours.
Le câble qu'il a placé pour faire sauter le train est bien trop court.
La mort se fait sentir, mais il n'a pas de remords, comment le définir ?
C'est la nature de l'homme qui l'a poussé à être comme ça.
Se sacrifier pour une idée, je crois qu'on ne résiste pas.
Le mal est maintenant général, de toutes les forces armées occultes de la mauvaise époque de l'Allemagne.
Au loin le train s'approche et l'on peut distinguer sa fumée.
La suite ? l'avenir est un long passé.

Une pupille noire entourée de blanc.
C'est ce que je peux voir devant la glace à présent. Je viens de me lever, il y a quelques instants.
C'est difficile à dire à fond ce que je ressens.
Après la nuit que j'ai passé, dur à été mon réveil.
A tout ce que j'ai pu penser avant de trouver le sommeil.
A toutes ces idées qui m'ont causé que des problèmes.
La réalité et toutes ces images de haine.
Tant d'années passées à essayer d'oublier.
Tant de journées cumulées et doucement il s'est installé.
Je me suis posé ce matin la question.
Est ce que tout recommence, avons-nous perdu la raison
car j'ai vu le mal qui doucement s'installe sans aucune morale.
Passer à la télé pour lui est devenu normal.
Comme à chaque fois avec un nouveau nom.
Après le nom d'Hitler, j'ai entendu le nom du front.
Et si l'avenir est un long passé, je vous demande maintenant ce que vous en pensez ?
Comme Marcel et Jean-Marc ma vie est-elle tracée ?
La suite ? l'avenir est-il un long passé ?

Je vous demande ce que vous en pensez.
Verrai-je un jour le mal à l'Elysée.
La France est-elle en train de s'enliser.
L'avenir est-il un long passé ?


Hamlet, acte III, scène 1
William Shakespeare, 1601
(
traduction François-Victor Hugo)

Etre ou ne pas être.
C'est la question.
Est-il plus noble pour une âme de souffrir les flèches et les pierres d'une fortune affreuse ou de s'armer contre une mer bouleversé, et d'y faire face, et d'y mettre une fin ?
Mourir,... dormir, rien de plus;...
Oh! penser que ce sommeil termine les maux du coeur et les mille blessures qui sont le lot de la chair: c'est la un dénouement qu'on doit souhaiter avec ferveur.
Mourir,... dormir, dormir! rêver peut-être!
Oui, voilà l'obstacle.
Car quels rêves peut-il nous venir dans ce sommeil de la mort, une fois délivrés de ces liens mortel?
Voilà qui doit nous arrêter.
C'est cette réflexion-là qui assure à nos misères une si longue existence.
Qui, en effet, voudrait supporter les flagellations et les dédains du monde, l'injure de l'oppresseur, l'humiliation de la pauvreté, les angoisses de l'amour méprisé, les lenteurs de la loi, l'insolence du pouvoir, et les rebuffades que le mérite résigné reçoit d'hommes indignes, s'il pouvait en être quitte d'un seul coup de poignard?
Qui voudrait supporter ces fardeaux, gémir et suer sous une vie accablante, si la crainte de quelque chose après la mort, de cette région inexplorée, d'où nul voyageur ne revient, ne troublait la volonté, et ne nous faisait supporter les maux que nous avons par peur de nous lancer dans ceux que nous ne connaissons pas?
Ainsi la conscience fait de nous tous des lâches; ainsi les couleurs natives de la résolution pâlissent dans l'ombre de la pensée; ainsi les grandes entreprises se détournent de leur cours, à cette idée, et perdent le nom d'action...


La pataphysique

La pataphysique est la science des solutions imaginaires, "ce qui est près de ce qui est après la physique".
On y rencontre Alfred Jarry (qui parle de la 'Pataphysique dans L'écho de Paris littéraire illustré du 28 avril 1893), Boris Vian, Raymond Queneau, ainsi que René Clair, Max Ernst, Jean Ferry, Jean Genet, Eugène Ionesco, Henri Jeanson, François Le Lionnais, Michel Leiris, Juan Miró, Man Ray, Jacques Prévert, Raymond Roussel, Paul-Emile Victor...

A voir, le site le 'pataphysicien.net (l'apostrophe avant le mot pataphysicien n'est pas anodine...).
et la philosophie pataphysique de Claude Ognois

A lire, le livre de Joël Martin, "Manuel de contrepet ou l'art de décaler les sons" (Albin Michel, 1986).
dont la remarquable Pataphysique du solide, ou méthode cristallographique pour composer des contrepèteries

Formulaire matriciel de l'inversion contrapétique :



La clarté de ces formules rend tout commentaire superflu.


M.C. Escher
"Le miroir magique"

Maurits Cornelis Escher, Maurits Cornelis Escher (Leeuwarden, 17.6.1898 - Laren, 27.3.1972), dessinateur graveur hollandais.
Travaux sur la perspective, le ruban de Möbius, etc.


La relativité - Le ruban de Möbius II

site officiel de M.C. Escher


Le ruban de Möbius, voici un objet bien simple mais très paradoxal, créé par August Ferdinand Möbius (1790-1868)., mathématicien et astronome allemand
En effet, il n'a qu'une seule face et qu'un seul bord (il suffit de colorier la face ou le bord pour s'en apercevoir) et n'est donc as orientable...
Si on le coupe en deux dans le sens de la longueur, on obtient... un seul anneau ( 1 divisé par 2 égal 1 !).

Pour le construire, rien de plus facile.
Un rectangle de papier collé pour former un cylindre mais dont on fait effectuer un demi-tour à une des extrémités avant le collage.


Les engrenages paradoxaux


L'engrenage paradoxal
Deux roues engrenées et qui tournent dans le même sens...
J'en ai glissé quelques mots, au sujet du différentiel Mercier.

Un bel objet, qui réunit, me semble-t-il, une communauté de gens curieux et sympathiques :
Jean Lefort, auteur de Les engrenages paradoxaux, in "Pour la Science", novembre 2005
Jacques Maurel, professeur de Construction Mécanique, Grincements de dents, Voyage mécanique autour du profil en développante de cercle, in "Technologies & Formations", n°105
Ecole Nationale d'Ingénieurs de Brest, option Mécatronique (jolie video)
et les pages de Christelle, de Buzenval à Miromesnil :19.7.2006, 23.7.2006


Les kaléïdocycles



De kalos, beau, eidos, aspect et kuklos, cercle...
A lire, M.C. Escher Kaleidocycles, de Doris Schattschneider et Wallace Walker, chez Pomegranate Communications, 12.1995 (ISBN 978-0876542088 ).
A visiter, le kaléïdoèdre de la grille IsoAxis, par Maurice Starck,
proposition de cycle à quatre temps, par "Peuplier",
et un article en italien, soit, mais fort intéressant : I caleidocicli.


La méthode de Descartes

Les 4 règles de la méthode de Descartes

1 ne recevoir jamais aucune chose pour vraie qu'on ne la connaisse évidemment être telle (principe d'évidence)

2 diviser chacune des difficultés qu'on examine en autant de parcelles qu'il se peut et qu'il est requis pour les mieux résoudre

3 conduire par ordre ses pensées en commençant par les objets les plus simples et les plus aisés à connaître, pour monter peu à peu comme par degrés jusqu'à la connaissance des plus composés, en supposant même de l'ordre entre ceux qui ne se précèdent point naturellement les uns les autres

4 faire en tout des dénombrements si entiers et des revues si générales qu'on soit assuré de ne rien omettre
voir le texte des oeuvres de Descartes, publiées par Victor Cousin, Tome Premier, Paris, 1824 (ABU)


La Loi de Murphy

En France, dite LEM (Loi de l'emmerdement Maximum).
Travaux du sociologue américain Arthur Bloch (livres Murphy's law I, Murphy's law II, More Murphy's law aux Editions Méthuen, pas de traduction française).

Loi fondamentale:
Si quelque chose peut mal tourner, cela arrivera (if anything could go wrong, it will).

corollaires:
si plusieurs événements ont la probabilité de mal tourner, ce sera celui qui causera le plus de préjudice qui arrivera,
s'il y a quatre possibilités pour que les choses tournent mal et qu'on arrive à les prévenir, une cinquième apparaîtra promptement,
si on laisse les choses sans rien faire, elles vont d'elles-mêmes de mal en pis,
chaque solution apporte de nouveaux problèmes,
à l'intérieur d'un grand problème existe un petit problème qui essaie de sortir, et réciproquement, dans chaque petit problème, il y a un gros problème qui essaie de sortir,
lorsque quelque chose va mal, tout va mal en même temps.

lois de la file d'attente:
il suffit de courir vers une file courte pour qu'elle devienne brusquement longue,
quand on attend dans une file longue, les gens derrière sont dirigés vers une file plus courte,
si on sort d'une petite file pour aller vers une autre, cette dernière devient longue,
si on est placé dans une petite file, les gens qui sont devant vous amènent leurs amis et leurs familles et la transforme en une longue file.

lois économiques:
ce sont toujours les papiers les plus confidentiels qui sont oubliés dans la photocopieuse,
le curriculum vitae idéal se présente le lendemain de l'embauche,
lettre d'amour, contrat d'affaire et chèques créditeurs arrivent toujours après trois semaines, les prospectus et les factures arrivent le jour même où on vous les a envoyé,
le nombre des petites maladies chez les employés est inversement proportionnel à la santé de la société.

divers:
le sac qui casse est celui qui contient les oeufs,
quand on laisse tomber de la monnaie par terre, la petite monnaie reste près de soi et les grosses pièces vont rouler dans le caniveau ou sous le divan,
quand son compte bancaire est approvisionné, les chèques sont encaissés dans les deux semaines, quand il est débiteur, c'est le jour même,
un enfant, c'est pas assez, mais deux, c'est trop,
une chemise ou une cravate propre attire le plat du jour,
celui qui hésite a probablement raison,
la nature prend toujours le parti du vice caché,
principe d'organisation: si on classe un document, on sait où il est mais on en a jamais besoin, si on ne le classe pas, on en a besoin mais on ne sait où le trouver,
principe de la bureaucratie: seule la bureaucratie peut lutter contre la bureaucratie,

si tout va bien, ne pas se faire de souci, çà va passer,
des espérance négatives donnent des résultats négatifs, des espérance positives donnent aussi des résultats négatifs,
tout ce qui est bon dans la vie est illégal, immoral ou fait grossir

La loi de Murphy ou le comportement des objets inanimés
Dans l'engineering:
tout dépôt de brevet s'accompagne d'une demande semblable déposée par un illustre inconnu la semaine précédente,
plus un changement de conception paraît anodin, plus son influence est prépondérante,
toutes les clauses de garantie deviennent caduques au moment du paiement de la facture,
la nécessité d'introduire des modifications importantes dans un nouveau produit augmente au fur et à mesure que la fabrication approche de la phase finale,
le caractère impératif des dates de livraison est inversement proportionnel au resserrement du programme,
les dimensions et les caractéristiques sont toujours exprimées en termes les moins usés (la vitesse, par exemple, est indiquée en huitième de mille par quinzaine),
une notice d'instructions indispensable à la mise en oeuvre d'un équipement est en général mise au panier par le service réception, les suggestions du groupe d'analyse de la valeur appliquée à un produit augmentent les coûts et réduisent les possibilités,
les dessins originaux sont souvent effacés par la machine à reproduire les plans.

En mathématiques:
si plus d'une personne est impliquée dans un faux calcul, il est impossible de retrouver l'erreur,
si une erreur est susceptible de s'introduire dans un calcul, le phénomène se produira, et toujours dans le sens qui provoquera les résultats les plus catastrophiques,
toutes les constantes sont variables,
dans toute opération, le chiffre qui paraît le plus juste est la cause de l'erreur,
la virgule est toujours mal placée,
dans un calcul complexe, un facteur du numérateur passe toujours au dénominateur.

Dans l'étude de prototypes et la production:
tout fil coupé à la longueur est trop court,
les tolérances s'accumulent toujours dans le même sens pour compliquer au maximum l'opération d'assemblage,
des équipements identiques contrôlés dans des conditions identiques ne sont jamais identiques à l'utilisation,
la disponibilité d'un composant est inversement proportionnelle aux besoins,
s'il faut "N" composants pour réaliser un projet, il y en a "N-1" en stock,
si l'on a besoin d'une résistance de valeur déterminée, cette valeur n'existe pas, et on ne peut l'obtenir par aucune combinaison série ou parallèle,
un outil qui échappe des mains tombe toujours dans l'endroit le plus inaccessible, ou sur le composant le plus fragile (loi également connue sous le nom de "gravité sélective"),
tout dispositif pris au hasard dans un groupe à 99% de fiabilité fait partie du groupe des 1%,
chaque fois qu'on branche une ligne triphasée, l'ordre des phases est inversé,
un moteur tourne toujours dans le mauvais sens,
la probabilité d'absence d'une dimension sur un plan ou un dessin est directement proportionnelle à son importance,
les pièces interchangeables ne le sont pas,
la probabilité de défaillance d'un composant, d'un ensemble, d'un sous-système ou d'un système est inversement proportionnelle à sa facilité de réparation ou de remplacement,
si un prototype fonctionne correctement, la situation s'inverse dès que la production est lancée,
les composants qui ne doivent et ne peuvent pas âtre mal assemblés le sont toujours dans la réalité,
lorsqu'on branche un appareil de mesure en continu, il est réglé sur une plage trop sensible et la polarité est inversée,
ce sont toujours les composants les plus délicats qui tombent,
les enregistreurs graphiques déposent davantage d'encre sur les êtres humains que sur le papier,
un circuit protégé contre toute défaillance est le premier à tomber en panne,
et, s'il tient le choc, il provoque la destruction des autres,
un disjoncteur de protection instantanée de l'alimentation se déclenche toujours trop tard,
un transistor protégé par un fusible à fusion rapide protège le fusible en grillant le premier,
un oscillateur à auto-déclenchement ne se déclenche pas,
un oscillateur à quartz oscille sur une autre fréquence que celle prévue, s'il oscille,
un transistor PNP est en général un NPN,
un condensateur à coefficient de température négatif utilisé dans un circuit critique a un CT de - 750 ppm/°C,
une panne ne se révèle jamais avant que l'équipement ait passé l'inspection finale,
un composant ou un instrument livré par un fournisseur correspond aux spécifications annoncés assez longuement et assez longtemps seulement pour passer l'inspection d'entrée,
si l'on remplace un composant manifestement défectueux dans un instrument qui présente une anomalie intermittente, celle-ci réapparaît dès que l'instrument est remis en service,
c'est après avoir enlevé la dernière des 16 vis de montage d'un panneau d'accès qu'on s'aperçoit que ce n'est pas le bon,
c'est après avoir fixé les 16 vis d'un panneau d'accès qu'on s'aperçoit qu'on a oublié le joint,
quand un instrument a été complètement assemblé, il reste encore des composants sur le plan de travail,
les joints hermétiques fuient.

Dans les spécifications:
les conditions ambiantes indiquées dans les spécifications sont toujours dépassées dans les conditions réelles d'utilisation,
tout facteur de sécurité fondé sur l'expérience pratique se révèle toujours trop juste,
les fiches de spécifications des constructeurs sont "rectifiées" par un facteur de 0.5 ou 2 selon le multiplicateur qui donne la valeur la plus optimiste, pour les vendeurs les coefficients s'étendent de 0.1 à 10,
dans un instrument ou un dispositif comportant un certain nombre d'erreur en plus ou en moins, l'erreur totale est égale à la somme de toutes les erreurs accumulées dans la même sens,
dans toute estimation de prix, le coût de l'équipement dépasse les prévisions par un facteur de 3,
au stade des spécifications, la loi de Murphy supplante la loi Ohm.

texte anglais
Murphy's Famous Law - If anything can go wrong, it will - is said to have entered history in 1949 at Edwards Air Force Base, when a malfunctioning strap transducer moved a Capt. Murphy to his highest eloquence.
Other truths attributed to Murphy are:
Nothing is ever as simple as it seems.
Everything takes longer than you expect, and, left to themselves, things always go from bad to worse.
Since Murphy's extraordinary leap into immortality, many imitators have sought in similar manner to plumb the human condition.
Perhaps the most successful was British historian C. Northcote Parkinson, who found that work expands to fill the time allotted to it.
Next in notoriety is the (Lawerence) Peter Principle, that in every hierarchy each employee tends to rise to his level of incompetence.
Lesser known, but just as penetrating, are all the slippery laws of money.
Those and other pearls have been collected by Paul Dickson, whose book, "The Official Rules," will be published Nov. 27 by Delacorte Press.
For example, there's Parkinson's Second Law, which states that expenditures rise to meet income.
Further refined by Dunn's Discovery - that the shortest measurable interval of time is the time between the moment you put a little extra aside for a sudden emergency and the arrival of that emergency.
This state of affairs is summed up in Gumperson's Law:
that after a rise in salary you will have less money at the end of each month than you had before.
With regard to products, Graditor's Laws:
(1) If it can break it will, but only after the warranty expires,
(2) A necessary item only goes on sale after you have purchased it at the regular price.
To which, add Dyer's Discovery:
it's easy to tell when you've got a bargain - it doesn't fit.
And Herblock's Law:
It it's good, they'll stop making it.
Car owners are well acquainted with Hartman Automotive Laws:
(1) Nothing minor ever happens to a car on the weekend.
(2) Nothing minor ever happens to a car on a trip.
(3) Nothing minor ever happens to a car.
Which brings me to Goldwyn's Law of Contracts:
A verbal contract isn't worth the paper it's written on.
Law-giving actually precedes Murphy by a good many centuries.
Samuel Butler knew that all progress is based on the innate desire for every organism live beyond its income.
Josh Billings similarly admonished:
Live within your income, even if you have to borrow to do it.
Another great name in the field is Finagle.
His unique contributions came in the area of science, but Finagle's Laws on Information apply equally to understanding financial transactions:
(1) The information you have is not what you want.
(2) The information you want is not what you need.
(3) The information you need is not what you can obtain.
(4) The information you can obtain costs more than you want to pay.
The difference between rich and poor is sharply caught by Getty's Reminder, that the meek shall inherit the earth but not its mineral rights.
Followed by the Golden Rule of Arts and Sciences:
Whoever has the gold makes the rules.
Donohue's Law says that what's worth doing is worth doing for money.
And Goldfarber's Law, that under any system a few sharpies will beat the rest of us.
On pocketbook matters, everyone has to keep his eyes open.
It's Gross's Law that when two people meet to decide how to spend a third person's money, fraud will result.
As in O'Doyle's Corollary:
No matter how many reporters share a cab, and no matter who pays, each puts the full fare on his own expense account.
Woody Allen said that the lion shall lay down with the lamb, but the lamb won't get much sleep.
To which add Clopton's Law:
For every credibility gap there's a gullibility fill.
The Checkbook Balancer's Law holds that in matters of dispute, the bank's balance is always smaller than yours.
But if you think the problem is bad now, Epstein adds, just wait until we've solved it.
Finally, Quinn's Law:
The reader interest generated by any newspaper column is inversely proportional to the importance of its subject.

un autre texte anglais
The more beautiful the woman is who loves you, the easier it is to leave her with no hard feelings
Nothing improves with age
No matter how many times you've had it, if it's offered take it, because it'll never be quite the same again
Sex has no calories
Sex takes up the least amount of time and causes the most amount of trouble
There is no remedy for sex but more sex
Sex appeal is 50% what you've got and 50% what people think you've got
No sex with anyone in the same office
Sex is like snow; you never know how many inches you are going to get or how long it is going to last
A man in the house is worth two in the street
If you get them by the balls, their hearts and minds will follow
Virginity can be cured
When a man's wife learns to understand him, she usually stops listening to him
Never sleep with anyone crazier than yourself
The qualities that most attract a woman to a man are usually the same ones she can't stand years later
Sex is dirty only if it's done right
It is always the wrong time of month
The best way to hold a man is in your arms
When the lights are out, all women are beautiful
Sex is hereditaryIf your parents never had it, chances are you won't either
Sow your wild oats on Saturday night -- Then on Sunday pray for crop failure
The younger the better
The game of love is never called off on account of darkness
It was not the apple on the tree but the pair on the ground that caused the trouble in the garden
Sex discriminates against the shy and the ugly
Before you find your handsome prince, you've got to kiss a lot of frogs
There may be some things better than sex, and some things worse than sexBut there is nothing exactly like it
Love your neighbor, but don't get caught
Love is a hole in the heart
If the effort that went in research on the female bosom had gone into our space program, we would now be running hot-dog stands on the moon
Love is a matter of chemistry, sex is a matter of physics
Do it only with the best
Sex is a three-letter word which needs some old-fashioned four-letter words to convey its full meaning
One good turn gets most of the blankets
You cannot produce a baby in one month by impregnating nine women
Love is the triumph of imagination over intelligence
It is better to have loved and lost than never to have loved at all
Thou shalt not commit adultery.....unless in the mood
Never lie down with a woman who's got more troubles than you
Abstain from wine, women, and song; mostly song
Never argue with a women when she's tired -- or rested
A woman never forgets the men she could have had; a man, the women he couldn't
What matters is not the length of the wand, but the magic in the stick
It is better to be looked over than overlooked
Never say no
A man can be happy with any woman as long as he doesn't love her
Folks playing leapfrog must complete all jumps
Beauty is skin deep; ugly goes right to the bone
Never stand between a fire hydrant and a dog
A man is only a man, but a good bicycle is a ride
Love comes in spurts
The world does not revolve on an axis
Sex is one of the nine reasons for reincarnation; the other eight are unimportant
Smile, it makes people wonder what you are thinking
Don't do it if you can't keep it up
There is no difference between a wise man and a fool when they fall in love
Never go to bed mad, stay up and fight
Love is the delusion that one woman differs from another
"This won't hurt, I promise"


Déclaration des droits de l'homme et du citoyen

placée en tête de la Constitution de 1791, réaffirmée par le préambule de la Constitution de 1946,
et par celui de la Constitution de 1958 (RTF)

pour info, le texte, américain, de la Constitution américaine (RTF)


le 27 août 1789, à Versailles

Préambule
Les représentants du peuple Français, constitués en assemblée nationale, considérant que l'ignorance, l'oubli ou le mépris des droits de l'homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des gouvernements, ont résolu d'exposer, dans une déclaration solennelle, les droits naturels, inaliénables et sacrés de l'homme, afin que cette déclaration, constamment présente à tous les membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs,
afin que les actes du pouvoir législatif et ceux du pouvoir exécutif, pouvant être à chaque instant comparés avec le but de toute institution politique, en soient plus respecté;
afin que les réclamations des citoyens, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution et du bonheur de tous.
En conséquence, l'assemblée nationale reconnaît et déclare, en présence et sous les auspices de l'Etre suprême, les droits suivants de l'homme et du citoyen.

Article Premier
Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits.
Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune.

Article II
Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'homme.
Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l'oppression.

Article III
Le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la nation.
Nul corps, nul individu ne peut exercer d'autorité qui n'en émane expressément.

Article IV
La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui.
Ainsi, l'exercice des droits naturels de chaque homme n'a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la société la jouissance de ces mêmes droits.
Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la loi.

Article V
La loi n'a le droit de défendre que les actions nuisibles à la société.
Tout ce qui n'est pas défendu par la loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu'elle n'ordonne pas.

Article VI
La loi est l'expression de la volonté générale.
Tous les citoyens ont le droit de concourir personnellement, ou par leurs représentants, à sa formation.
Elle doit être la même pour tous, soit qu'elle protège, soit qu'elle punisse.
Tous les citoyens étant égaux à ses yeux, sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité, et sans autres distinctions que celles de leurs vertus et de leurs talents.

Article VII
Nul homme ne peut être accusé, arrêté, ni détenu que dans les cas déterminés par la loi, et selon les formes qu'elle a prescrites.
Ceux qui sollicitent, expédient, exécutent ou font exécuter des ordres arbitraires, doivent être punis.
Mais tout citoyen appelé ou saisi en vertu de la loi, doit obéir à l'instant.
Il se rend coupable par la résistance.

Article VIII
La loi ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires et nul ne peut être puni qu'en vertu d'une loi établie et promulguée antérieurement au délit, et légalement appliquée.

Article IX
Tout homme étant présumé innocent, jusqu'à ce qu'il ait été déclaré coupable, s'il est jugé indispensable de l'arrêter, toute rigueur qui ne serait pas nécessaire pour s'assurer de sa personne doit être sévèrement réprimée par la loi.

Article X
Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, mêmes religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la loi.

Article XI
La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme.
Tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi.

Article XII
La garantie des droits de l'homme et du citoyen nécessite une force publique:
cette force est donc instituée pour l'avantage de tous, et non pour l'utilité particulière de ceux à qui elle est confiée.

Article XIII
Pour l'entretien de la force publique, et pour les dépenses d'administration, une contribution commune est indispensable:
elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés.

Article XIV
Tous les citoyens ont le droit de constater par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d'en suivre l'emploi, et d'en déterminer la quotité, l'assiette, le recouvrement et la durée.

Article XV
La société a le droit de demander compte à tout agent public de son administration.

Article XVI
Toute société, dans laquelle la garantie des droits n'est pas assurée, ni la séparation des pouvoirs déterminée, n'a point de constitution.

Article XVII
La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n'est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l'exige évidemment, et sous la condition d'une juste et préalable indemnité.